Tracez votre route et pilotez

No Tags | Non classé

Mettez l’ogre à la diète…

 

L’Entreprise est devenue « addict » aux systèmes d’information. Si l’on n’y prend garde ces ogres gloutons qui réclament des données brutes de plus en plus volumineuses, phagocytent sournoisement la valeur ajoutée des salariés. Que nous donnent-ils en échange de cette gargantuesque nourriture ? De l’information plus ou moins ergonomique, souvent trop dense pour un simple cerveau humain et malheureusement parfois loin de ce qui nous anime au quotidien.

 

Pourtant ces technologies puissantes ont toute leur place dans l’entreprise. Encore faut-il vouloir les dompter et ne pas les laisser dicter leur loi. Car en fin de compte, en tant que manager de quoi avons-nous besoin pour piloter notre activité au quotidien ? Trois à sept paramètres au maximum. De toute façon au-delà, nous ne les aurons pas tous en tête à tout moment. Posez-vous cette question : quels sont les 3 à 7 critères maximum représentant la performance de mon activité ? Si vous mettez moins de 7 secondes à répondre, bravo, vous n’avez pas besoin de lire la suite.

 

Piloter son activité est très comparable au pilotage d’un avion. Le cockpit d’un avion moderne est truffé d’informations. Mais comme aux premiers temps de l’aéronautique, les pilotes d’aujourd’hui concentrent leur attention sur quelques paramètres : altitude, vitesse, inclinaison et assiette, cap, un ou deux paramètres moteurs et surtout la position par rapport à la trajectoire prévue. Dans la complexité des informations disponibles, le pilote se focalise sur sa navigation et la sécurité de son aéronef. Car là est sa mission : transporter des passagers ou des marchandises vers une destination donnée en toute sécurité. Le reste est probablement important mais pas essentiel au regard de la mission. Pour un manager, l’art de piloter consiste donc à sélectionner parmi tant de sujets importants les 4 à 7 paramètres essentiels qui méritent une attention de tous les instants. Ainsi l’entreprise mettra le système d’information aux ordres et non le contraire.

 

Résistez aux poncifs

 

Comment faire le choix de l’essentiel sans tomber dans les formules rabâchées et ayant perdu toute originalité. Faut-il que tous les tableaux de bord se ressemblent mettant sous contrôle l’infernal triptyque Qualité, Coûts, Délais ? Difficile de dire non, tant la pression est forte sur ces sujets. Mais la vraie question à se poser pour distinguer l’essentiel de l’important est « que voulons-nous réussir vraiment ensemble ? »

 

Plus nous sommes clairs dans notre réponse, plus il nous sera facile de choisir ce que nous allons mettre sous contrôle permanent. Et peut-être choisirons-nous de ne pas piloter ni les coûts, ni même les délais. Est-ce choquant ? Pas plus que de vouloir mettre sous contrôle de délai la découverte d’un traitement contre le sida. Dans ce cas la progression est essentielle, le respect d’une échéance de temps n’a pas de sens.

 

Donner du sens

 

Elaborer un tableau de bord ne peut pas faire l’économie d’une réflexion collective sur la mission et l’ambition que l’on se donne. Pourquoi devrions-nous suivre nos dépenses au quotidien si nous n’en comprenons pas le sens ? Par exemple, si nous pilotons une activité de « business development », notre priorité sera probablement de faire décoller le chiffre d’affaire quitte à ne regarder que de très loin les dépenses de notre équipe. En revanche, si en tant que distributeur, notre ambition est de « Créer l’envie et rendre accessible au plus grand nombre le plaisir et les bienfaits du sport » nos prix de vente seront déterminant.

 

Il nous faudra donc piloter étroitement les coûts de nos articles pour offrir les prix les plus bas. Sans hésitation ce paramètre apparaîtra en bonne place dans notre tableau de bord. Il ne s’agira pas simplement de faire plaisir à notre direction générale, mais de nous battre au quotidien pour satisfaire notre ambition. Sur le même principe si nous plaçons très haut l’envie de nous distinguer par l’innovation, il nous sera indispensable piloter une grandeur mesurant notre capacité à penser différemment.

 

La mesure est le premier pas vers la performance

 

Tout se mesure, de la satisfaction de nos équipiers à celle de nos clients en passant par la qualité de nos produits ou notre respect de l’environnement. La mesure est importante car c’est le premier pas vers la performance, mais ce n’est pas une fin en soi. L’essentiel est le chemin que l’on prévoit de prendre pour passer de la valeur actuelle à celle qui serait cohérente de notre ambition. Courir le marathon en 3 heures n’est pas une piètre performance, bien au contraire. Mais si votre ambition est d’être un marathonien de haut niveau, il vous faudra certainement viser un temps inférieur à 2 heures et 30 minutes.

 

Evidemment cette performance n’est pas atteignable du jour au lendemain. Il vous faudra vous entraîner, revoir votre alimentation éventuellement être coaché. Le temps sera votre allié. Les progrès seront certainement rapides puis stagneront voire régresseront. Mais dans un an, vous le savez, vous serez au rendez-vous. Tracez l’évolution prévisionnelle de votre chrono. Entraînez-vous, entourez-vous d’un nutritionniste, de partenaires, d’un entraîneur et mesurez pas à pas vos progrès. Ils sont conformes à votre prévision ? Félicitez-vous ! Dans le cas contraire, revoyez votre entraînement et l’ensemble de votre plan d’actions.

 

Prenez du plaisir

 

Ce qui est vrai dans le monde du sport l’est tout autant dans celui de l’entreprise. Une équipe investie d’une mission et d’une ambition a tout intérêt à se mesurer aussi fréquemment que possible, à comparer cette mesure à une progression prédéfinie. L’ampleur des actions à réaliser dépend de la capacité à coller à la prévision.

 

A la toute première dérive, l’équipe doit se poser, réfléchir et rebondir. En revanche, à chaque fois que l’on constate que la mesure est conforme à la prévision, et même s’il reste du chemin à faire, l’équipe doit profiter de cet instant et savourer le plaisir de progresser ensemble.


No Comments

Leave a comment